Mon CV
Réalisations

 

Calendrier
Liens

 

Histoires
Sydney 2000
Salt Lake City 2002

 

Escrime
Drapeaux

Histoires olympiques


1912 : Stockholm

Sports
athlétisme, aviron, cyclisme, équitation, escrime, football, gymnastique, lutte, natation, pentathlon moderne, plongeon, tennis, tir, voile, water-polo


Concours d'art
architecture, littérature, peinture, sculpture

A Stockholm, il y eut moins de sports que les éditions précédentes, mis à part la première. En effet, Pierre de Coubertin avait décidé de limiter le nombre de sports pour avoir un niveau de performance élevé et un nombre limité de contestations. Le stade olympique fut construit spécialement pour l'occasion, et fut une réussite technique et esthétique, qui provoqua l'admiration de tous.

En athlétisme, il y eut 13 nouvelles épreuves par rapport à l'édition précédente donc les courses de relais, le 10000 mètres et le décathlon, qui sont restés au programme. Certaines disparurent, comme les différents sauts sans élan.
En aviron, on assista à la réapparition définitive du quatre barré après 8 ans d'absence. Comme en 1908, il y avait 4 épreuves.
En cyclisme, contrairement aux éditions précédentes où les épreuves sur piste se taillaient la part du lion, seule une épreuve sur route, donnant lieu à la fois à un classement individuel et à un autre par équipes, se déroula. Elle fut la plus longue de l'histoire olympique (320 kilomètres).

Après une première apparition à Paris en 1900, l'équitation remporte un statut olympique définitif, en proposant des épreuves de concours complet, de dressage et de saut d'obstacles, toujours au programme actuel.
On retrouve également l'équitation sous la forme d'un concours de saut d'obstacles au sein d'un nouveau sport inventé pour les JO par le Baron de Coubertin, pour déterminer l'athlète le plus complet : le pentathlon moderne. Ce sport se compose de 5 épreuves, dont l'ordre a varié au fil des ans : course, équitation, escrime, tir et natation.

Les deux seuls sports d'équipes présents à ces jeux étaient le football et le water-polo.

Il n'y eut encore une fois pas de fleuret dans les épreuves d'escrime, suite à une controverse sur les règles. Ceci amena d'ailleurs la création de la Fédération Internationale d'Escrime et l'édiction de règles claires et précises en 1914.
Les épreuves de gymnastique se déroulèrent au cœur du stade d'athlétisme, ce qui fit que la gymnastique remporta un grand succès. Seules des épreuves combinées étaient au programme.
En lutte, seule la spécialité gréco-romaine était au programme. Les spectateurs assistèrent au plus long combat de l'histoire olympique : près de 11 heures. Une épreuve de lutte islandaise était aussi en démonstration.

Plusieurs événements majeurs marquèrent les épreuves de natation. D'abord, on assista aux premières épreuves féminines de nation, en nage libre exclusivement. Ensuite, le nageur hawaïen Duke Kahanamoku développa la technique du battement de jambes et laissa ses adversaires loin derrière. Il y eut pour la première fois une épreuve de brasse sur 400 mètres, épreuve disparue aujourd'hui.
En plongeon, les femmes participèrent aussi à l'épreuve du tremplin comme les hommes, qui eux sautaient en plus d'une plate-forme, et inauguraient l'épreuve du plongeon de haut vol.

Avec la natation et le plongeon, le tennis est le troisième sport comportant des épreuves féminines. Comme à Londres 4 ans auparavant, il y eut des épreuves sur courts couverts et d'autres en plein air. Dans les deux cas, les épreuves étaient les mêmes : simples hommes et femmes, double messieurs et double mixte.
Il y eut encore une fois beaucoup d'épreuves de tir, 18, dont beaucoup ont aujourd'hui disparu. De plus, le tir faisait aussi partie du pentathlon moderne par une épreuve de tir rapide au pistolet.
En voile, quatre épreuves furent disputées, et comme à Londres en 1908, les bateaux étaient répartis en catégories de longueur.

En plus de toutes ces épreuves sportives, il y eut aussi des épreuves d'art. Il aurait déjà dû y en avoir en 1908 à Londres, mais les organisateurs étaient dans l'incapacité de les accueillir. Les premiers concours prirent donc place à Stockholm.
Le premier était l'architecture. Il s'agissait de réaliser la maquette d'un stade moderne. Les réalisations avaient été terminées et présentées à un jury avant les JO, et les récompenses étaient dévoilées à Stockholm. Coubertin était fasciné par le lieu du stade, qui devait permettre l'accomplissement parfait des célébrations olympiques.
Coubertin lui-même remporta l'épreuve de littérature à Stockholm sous un pseudonyme. Deux autres épreuves artistiques étaient au programme : la peinture et la sculpture.

Les Jeux de Stockholm marquèrent une étape importante dans l'histoire olympique. Ils furent superbement organisés, et montrèrent l'exemple aux Jeux qui suivirent, également au niveau de l'arbitrage. L'esprit olympique tel que l'imaginait Coubertin commençait à se développer. Les Jeux Olympiques avaient définitivement gagné leurs lettres de noblesse.


<< 1908 : Londres Sommaire Glossaire 1916 : 1e Guerre Mondiale >>
  © Michel RELET 2000-2002.
Si vous avez des remarques, des suggestions, n'hésitez pas à me contacter.